Le Projet d'Appui aux Filets Sociaux MERANKABANDI s'active pour combattre la pauvreté et ses effets pervers sur 274 collines réparties dans les provinces de Ruyigi, Karusi, Gitega et Kirundo. Il octroie un montant de 40 000 FBu tous les deux mois et pendant 30 mois aux ménages les plus vulnérables pour les tirer de cet état déplorable. Les bénéficiaires sont satisfaits. Ils affirment que grâce à ce projet leurs familles sont actuellement« comme les autres ».
De l'’amélioration du logement à l’'élevage et au renforcement de l’agriculture 

Mme Caritas Nzikobanyanka, veuve et mère de trois enfants, habite la colline Muriza de la commune Butaganzwa 2, province Ruyigi à l’'Est du Burundi. Elle déclare que c’est grâce au Projet d’Appui aux Filets Sociaux MERANKABANDI qu’elle a amélioré les conditions de vie de sa famille. Sa maison est actuellement couverte de tôles, avec une plaque solaire comme générateur d’énergie. Elle a aussi acheté deux porcins, trois chèvres et sept poules. Elle indique que ses enfants se portent bien, car ils mangent trois fois par jour et bénéficient d’une alimentation équilibrée, c’est-à-dire qui contient des glucides, des lipides et des protéines. Ce qui leur permet de bien vaquer à leurs activités scolaires. 

« Outre que mes enfants peuvent réviser les cours,grâce à la plaque solaire que nous avons achetée, j’ai pu également leur acheter de beaux vêtements et des chaussures », indique Mme Nzikobanyanka, précisant qu’elle investit pour augmenter ses revenus. A titre d’exemple, elle exerce le commerce de la farine de manioc et de la bière de banane (urwarwa). « En plus, ajoute-t-elle, je suis membre de quatre associations qui octroient de petits crédits aux membres qui en ont besoin. Grâce au Projet MERANKABANDI, je paie des intrants agricoles et un travailleur qui m’aide dans les travaux champêtres ». Avoir des intrants agricoles et une main d’œuvre qui l’appui lui a permis d’augmenter sa production agricole. Elle récolte actuellement plus d’une tonne de haricots et de manioc par an, ce qui était inconcevable avant le projet. 

 

Ses enfants mangeaient à peine une fois par jour.

Mme Nzikobanyanka indique qu’auparavant, sa famille vivait dans des conditions déplorables suite à l’extrême pauvreté. Elle n’avait pas accès au crédit. Elle vivait dans une maison couverte d’écorces de bananiers secs. Ses trois enfants mangeaient à peine une fois par jour. Deux parmi eux ne pouvaient pas fréquenter l’école suite au manque de frais scolaires, de matériels didactiques et d’habits… Ils marchaient pieds nus. Le rendement agricole était insignifiant par manque d’intrants agricoles. « C’était seulement moi qui travaillais dans les champs suite au manque de moyens financiers pour payer une personne qui pouvait m’aider. Je ne récoltais que 200 kg de haricots sur une concession de 300 ares », affirme-t-elle.



Mme Caritas NZIKOBANYANKA,habitant la colline Muriza de la commune Butaganzwa 2 : Grâce au Projet Merankabandi, je m’achète des intrants agricoles et paie un travailleur qui passe toute une journée à cultiver. La production augmente et je parviens à vendre le surplus. 



Quid des conditions de vie chez Noëlla Nshimirimana ? 

Noëlla Nshimirimana de la colline Muriza de la commune Butanganzwa 2en province Ruyigi a été abandonnée par son mari avec deux enfants. L’ainé est en 3ème année primaire, le second est en 3ème maternelle. « Grâce au projet d’appui aux filets sociaux MERANKABANDI, j’ai créé un restaurant au centre Muriza. J’ai construit une maison en briques cuites,couverte de tôles et cimentée.



Noëlla NSHIMIRIMANA, colline Muriza : « Grâce au Projet Merankabandi, j’ai créé un restaurant. J’ai construit également une maison en briques cuites. Elle est couverte de tôle et elle est cimentée.

J’ai aussi acheté la carte d’assurance maladie pour me faire soigner et faire soigner mes enfants. Sur mon compte, j’ai 150 000 FBu. Mes enfants se portent bien. Ils n’ont pas de difficultés pour trouver à manger. Ils étudient bien. Au niveau agricole, le rendement est actuellement bon, car il m’est facile d’accéder aux intrants agricoles », souligne-t-elle.



Auparavant, sa famille croupissait dans la misère

Si la situation de Nshimirimana se trouve actuellement dans la quiétude, cela n’a pas toujours été ainsi : « ma famille croupissait dans la misère. Nous trouvions difficilement de quoi manger, de quoi nous vêtir et de quoi boire. Se faire soigner était un rêve », souligne -t-elle. Ajoutant que le rendement agricole était médiocre suite au manque de fertilisants. 


Nkunzimana exerce le commerce des boissons de la Brarudi et des brochettes grâce à ce projet. 

Sylvanne Nkunzimana, habitant la colline Muriza de la commune Butaganzwa 2 en province Ruyigi fait remarquer que c’est grâce à ce projet qu’elle vend des boissons Brarudi et des brochettes de viande au centre Muriza. De surcroît, elle s’est acheté une concession pour un montant de 400 000 FBu. Et d’ajouter qu’elle y pratique l’agriculture. Elle a trois enfants qui vont tous à l’école. Elle leur paie les cours du soir pour contribuer à l’amélioration de la qualité de leur éducation. Auparavant, elle était dans une situation très critique.

Elle révèle qu’elle venait de se séparer de son mari dans la province Kirundo, car il la torturait. Elle n’a pas pu supporter ces conditions et a décidé de rejoindre sa famille à Ruyigi. Arrivée chez elle, elle a vécu un moment de détresse. Elle trouvait difficilement de quoi manger et de quoi se vêtir. 



Sylvanne NKUNZIMANA, habitant la colline Muriza de la commune Butaganzwa 2 : « Grâce à ce Projet, je vends des boissons BRARUDI et des brochettes au centre de Muriza »

Ses enfants n’avaient pas accès aux besoins vitaux comme les soins de santé et l'’éducation suite à la pauvreté. « C’était terrible. Nous étions des laissés-pour-compte. Nous portions des habits en guenille », martèle-t-elle. Avec le soutien du projet d’appui aux filets sociaux Merankabandi, adieu ce calvaire, affirme-t-elle. Elle se donne corps et âme pour améliorer les conditions de vie de sa famille. Si on lui octroie ce montant de 40 000 FBu, elle l’épargne pour en faire un capital de commerce. A titre illustratif, pendant la récolte du haricot, elle achète ce produit à un prix moins cher pour le revendre plus tard à un meilleur prix.


Bénéficiaires
Le projet MERANKABANDI est couronné de succès. Il a pour objectif de fournir des transferts monétaires réguliers aux ménages ciblés qui vivent en situation d'extrême pauvreté et qui ont au moins un enfant de douze ans au plus. Les ménages bénéficiaires participent à des séances mensuell...
Bénéficiaires
Le projet d'appui aux filets sociaux Merankabandiest opérationnel au Burundi depuis le 27 juillet 2017. Il fournit des transferts monétaires réguliers à des ménages plus vulnérables que d'autres et vivant dans une extrême pauvreté. Le projet qui ?uvre dans quatre provinces du pays, à savoir...
Bénéficiaires
Elevage, nouvelles maisons, scolarisation des enfants? le projet d'appui aux filets sociaux « Merankabandi » est en train de changer des vies. A la rencontre des familles, Batwa surtout, de la province Gitega, qui ont su améliorer leurs conditions de vie grâce à une somme de 40 mille BIF tous l...
Bénéficiaires
Le Projet d'Appui aux Filets Sociaux MERANKABANDI s'active pour combattre la pauvreté et ses effets pervers sur 274 collines réparties dans les provinces de Ruyigi, Karusi, Gitega et Kirundo. Il octroie un montant de 40 000 FBu tous les deux mois et pendant 30 mois aux ménages les plus vulnérabl...
J'espère que ce projet apportera dans les semaines à venir ses promesses à de nombreux bénéficiaires et que l'aide apportée leur servira à améliorer leur quotidien.Michel Nyabenda - Coordonnateur du projet
« Nouvellement mis en exécution, avec de nouveaux mécanismes clés de renforcer la solidarité et faciliter l’intégration des personnes vulnérables, le Projet d’Appui aux Filets sociaux, MERANKABANDI recèle des atouts favorables à la réussite » ( 4 juin 2019)InfoMag
« Leta y’Uburundi yiteze ko ba Ntahonikora ashigikirwa n’Umugambi Merankabandi bova koko mu bukene, bagafungura neza, bagashobora kwivuza no kurungika abana babo kw’ishure. Ivyo navyo birasaba ko bantahonikora bagira ishaka n’inguvu vyo kuva mu bukene, bakitunganya neza kugira biteze imbere » (Ruyigi, 7 août 2018)S.E. Président de la République
Inscription à la newsletter
MERANKABANDI
Nos contacts
Av. de la JRR, no 16, BP 1031 Bujumbura, Burundi
+257 22 28 71 03
informations@merankabandi.bi
merankabandi2020@gmail.com [Administrateur]
Avez-vous une réclamation?
Contactez-nous